Archives de Tag: santé

Notre vie sans gluten

Je ne suis en général pas fan de raconter ma vie (de trop) sur ce blog mais bon je me dis que notre expérience peut peut être servir à d’autres personnes que nous… Pour la petite histoire, Callixte, mon ami (je pense que vous l’aurez compris dans les précédents billets) souffre d’eczéma sur quasi tout le corps depuis qu’il est tout petit, quant à moi j’ai des troubles fonctionnels de l’intestin (dixit les spécialistes) qui se sont empirés ces dernières années.

Pour Callixte c’est simple, la médecine traditionnelle l’a depuis toujours soigné à coups de Dexeryl (et autres crèmes hydratantes) et bien sûr cortisone. Lorsque nous nous sommes rencontrés il y a 3 ans et demi, il en utilisait énormément (de la cortisone) et puis peu à peu ses plaques ont perdues de l’ampleur et la cortisone est depuis restée au placard. Il ne la jamais ressortie depuis, prenez moi pour une romantique mais je suis convaincue que l’amour y est pour quelque chose. Néanmoins cette maladie de peau ne l’a bien entendu jamais quitté pour autant…

De mon côté j’ai toujours été sensible niveau digestion, en revanche la situation s’est empirée lorsque je suis partie il y a 8 ans en Angleterre, j’étais malade pour un oui ou pour un non mais j’avoue avoir mis ces troubles sur le compte de l’eau (du robinet) qui était vraisemblablement différente de celle à laquelle j’étais habituée et renfermait certainement des bactéries que mon organisme ne connaissait pas, c’est peut être naïf mais du coup je ne m’en suis pas plus inquiétée que ça. Et puis je suis rentrée en France 5 ans plus tard et là, la situation s’est drastiquement empirée. Suite à une hospitalisation de trois jours, on m’a fait passer un certain nombre d’examens pas très agréables et bien sûr on a rien trouvé. Selon mon gatsro-entérologue j’étais donc condamnée à prendre un sachet de Normacol tous les matins le reste de ma vie étant victime, comme un grand nombre de français, d’un intestin incapable de se réguler seul.

Et puis les régimes sans gluten se faisant de plus en plus populaires, j’ai commencé à me documenter sur le sujet découvrant que le gluten ainsi que les produits laitiers pouvaient être à l’origine de certaines formes d’exzéma. Quelques temps plus tard, et après avoir obtenu le consentement de Callixte j’entrepris donc de commencer une alimentation sans les céréales suspectes. Cette première tentative fut un échec… A peine un mois plus tard nous craquions et, même si Callixte semblait aller mieux on ne pouvait pas être certain des résultats de ce régime. Un an plus tard, je me repenchais sur le sujet et en mars dernier nous retentions l’expérience mais cette fois-ci avec beaucoup plus de sérieux. Les résultats se firent voir très rapidement sur Callixte, en l’espace de trois semaines il n’avait plus d’eczéma, un véritable miracle, de mon côté je ne remarquais pas de véritable changements sur ma façon de digérer mais encore une fois ce régime nous ne le faisions pas pour moi et du coup je ne faisais pas particulièrement attention.

Malheureusement l’eczéma de Callixte reprit du galon au premier coup de stress et « l’effet changement » s’estompait quelques semaines plus tard. Je songeais donc à baisser les bras et reprendre une alimentation normale, parce que manger sans gluten c’est tout de même très contraignant, en effet, si on ne veut pas voir tripler ou même quintupler son budget nourriture il faut tout faire soi-même, lorsque je me rendis compte que de mon côté je n’avais plus aucun problème de digestion. Nous avons donc décidé de continuer l’aventure avec Callixte.

Aujourd’hui, six mois après le début de cette expérience, je n’ai absolument plus aucun soucis de digestion au quotidien hormis lorsque je mange du blé. Je précise bien le blé et non pas le gluten, parce qu’à quelques occasions j’ai consommé de l’orge, de l’avoine et de l’épeautre sans aucune conséquence. En revanche à chaque fois que je mange du blé (même en infime quantité), je réagis très violemment et mon système digestif met entre deux à trois semaines pour retrouver un rythme normal. Les résultats sur Callixte sont moins probants, il est difficile de savoir si ce régime joue véritablement un rôle sur son eczéma, beaucoup d’autres facteurs rentrent en compte comme le stress, les cosmétiques qu’il utilise, sa consommation d’alcool… Il a donc désormais baissé sa vigilance et bien que nous ne mangions pas de gluten à la maison, il lui arrive d’en consommer lorsqu’il mange à l’extérieur. Je précise qu’il n’a néanmoins que très peu d’eczéma ces derniers temps.

Pour notre entourage ce petit roman ne leur apprendra sans doute rien puisqu’au bout de six mois tout le monde sait que nous ne mangeons pas comme tout le monde et qu’il faut bien penser son repas lorsqu’on nous invite (en prime la plupart n’ont pas le dessert à faire du coup !) mais j’imagine que ce retour d’expérience peut servir à un certain nombre de gens et c’est donc pour ça que j’ai pris la peine de l’écrire. Chacun est différent et je suis convaincue que ces résultats seraient différents pour nombre de gens qui présentent les mêmes symptômes que nous mais il est important de ne pas écarter cette probabilité, ne plus manger de gluten (du blé dans mon cas) peut faire une différence.

Sorry my English speaking pals, this is a lot to translate and after writing such a novel I don’t really feel like translating it…

Publicités
Tagué , , , , , , , , , , , ,
Publicités